Le Carmel de Vinça
Voir chariot
{{globalCartText}}
Nous Soutenir

La spiritualité du Carmel

voloiseauxok-5e4270dde76e2.jpeg

La Règle primitive du Carmel prescrit de «vivre dans la dépendance de Jésus Christ et de le servir fidèlement d’un cœur pur et d’une bonne conscience.» Concrètement, elle recommande aux ermites du Mont Carmel de «méditer jour et nuit la loi du Seigneur et veiller dans la prière», dans le sillage du saint prophète Elie qui déclarait: «Il est vivant le Seigneur en présence de qui je me tiens.» 

Sainte Thérèse d’Avila va enrichir cet héritage multiséculaire de sa propre expérience spirituelle et de sa doctrine. Ainsi, l’Ordre du Carmel recevra un élan nouveau et décisif. 
Les carmélites seront toutes tendues vers l’union à Dieu au moyen de l’oraison. Ce «commerce intime d’amitié où l’on s’entretient souvent seul à seul avec Celui dont on se sait aimé», le Christ en son Humanité, est le fondement du Carmel déchaussé. 
 

 

 

ciergepascalok-5e427148d20d4.jpeg

La pratique des vertus d’humilité, de détachement, d’amour fraternel, vécus dans une petite communauté en clôture stricte, dans un climat de silence, de solitude et de pauvreté, soutient et favorise la vie d’oraison. 
 

Mais cette recherche de la perle précieuse du Royaume n’a rien d’un confortable repli sur soi. Au contraire, elle est toute orientée vers le service de l’Église, de ses prêtres et du salut des âmes: «Si donc leurs prières, leurs sacrifices et leur vie ne sont pas pour servir l’Église, elles n’atteignent pas le but pour lequel Dieu les a réunies.» 

Pour vivre cette vocation, sainte Thérèse attend de ses filles une «détermination très déterminée». Elle sait que la Vierge Marie, Reine et Beauté du Carmel, les guide et les encourage maternellement sur le chemin de la perfection, «jusqu’au but, qui est d’arriver à boire cette eau vive.»
 

 

P6140062-5e4271bccfddd.jpeg

PROCHAINEMENT

 

 

Chroniques du Carmel

La crèche du Carmel

Découvrez la crèche réalisée par les soeurs : une partie des santons en cire a été réalisée par les Carmélites d'Avignon, deux bergers et une bergères sont typiquement catalans, les moutons (en vraie laine et cuir de mouton) proviennent du Carmel de Rodez. Quant aux poupées carmélites (dans le chariot, dans le tour et devant le feu), il s'agit d'une création de chez nous imaginée en 2015 pour marquer les 500 ans de la naissance de sainte Thérèse d'Avila et devenue incontournable !

> Voir toutes les chroniques