Le Carmel de Vinça
Voir chariot
{{globalCartText}}
Nous Soutenir

Le cabinet de curiosités

 

Dans cette nouvelle page, nous vous présenterons divers objets, images, photographies ou documents caractéristiques des carmels en général ou de notre carmel en particulier.

 

Le sablier

IMG_0259Copier-5e5d54ab06a98.jpeg

 

L’ouvrage de 1889 « Usages réguliers des religieuses carmélites déchaussées » mentionne à plusieurs reprises le sablier, comme faisant partie des objets usuels dans les carmels à cette époque (notons que les sabliers sont aujourd'hui remplacés par montres et horloges !!)

 

Dans le chapitre concernant « l’office de la cloche », la religieuse chargée de la cloche « en sortant du réfectoire, tournera le sablier pour marquer le temps de la récréation, qui doit durer une heure. »

 

D’autre part, « il y aura dans chaque Parloir un sablier, pour régler le temps des entretiens. »

 

Enfin, le sablier fait partie des objets dont dispose chaque sœur dans sa cellule : « Les Religieuses ont à leur usage dans leur cellule : le livre de nos Saintes Règles et Constitutions, le Cérémonial, le Psautier en français, le Nouveau-Testament, l’Imitation de Notre-Seigneur Jésus-Christ, leurs livres d’Oraison et de lecture, un sablier, un grabelin ou petite corbeille pour mettre l’ouvrage, et un tablier de laine brune pour faire les balayages. » 

 

 

IMG_0255Copier-5e5d54d326c1b.jpeg

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus évoque ce sablier de cellule, lorsqu’elle raconte l’acte de charité qu’elle posa pendant son noviciat (1889-1890) pour conduire la sœur Saint-Pierre du chœur au réfectoire : « Chaque soir quand je voyais ma Soeur St Pierre secouer son sablier, je savais que cela voulait dire : partons. » 

 

Sur une photographie du Carmel de Lisieux, on voit aussi sainte Thérèse tenant en main son sablier

 

Quelques années auparavant, lorsque Thérèse enfant fut gravement malade, c’est un cadeau de sa sœur ainée Pauline, alors entrée au Carmel, qui vint la réjouir et la soulager momentanément : « Une fois, ma Mère chérie, vous m’avez envoyé un sablier et une de mes poupées habillée en carmélite, dire ma joie est chose impossible… » 

 

 

En revanche, d’autres coutumiers et cérémoniaux de la même époque, et a fortiori antérieurs, ne signalent pas du tout cet objet. 

Nous-mêmes avons remarqué que dans les cellules miniatures que les carmélites réalisaient (entre le XIXème et le XXème siècle) telles de fidèles reconstitutions de leurs propres cellules monastiques, aucune n’est pourvue d’un sablier. 

IMG_0260Copier-5e5d55124cd35.jpeg
Sablier de cellule

 

 

De même, cette petite horloge de sable ne semble pas connue de notre Mère Sainte Thérèse. Les carmels fondés par la Madre ont toujours conservé précieusement les objets dont elle se servait. Ceux-ci sont souvent exposés aujourd'hui mais à notre connaissance, le sablier n’en fait pas partie. Peut-être qu’il n’était guère en usage à cette époque ou tout au moins en Espagne… Apparu en Occident au XIIIème siècle, il semble en effet avoir surtout servi dans la marine (jusqu’au XVIIIème siècle) et au Moyen-Age pour limiter la durée des sermons et des leçons universitaires. 

 

Si le sablier, instrument de mesure du temps, est inconnu de sainte Thérèse d’Avila, en revanche, le thème du temps qui passe lui est très cher, comme en témoigne l’Exclamation quatrième : « Rendez-moi, ô mon Dieu, le temps perdu, et pour cela, versez votre grâce en mon âme maintenant et à l’avenir, afin que je me présente devant vous revêtue de l’habit nuptial, car si vous le voulez, vous le pouvez. » 

 

IMG_0265Copier-5e5d5544c6053.jpeg
Chariot miniature réalisé par le Carmel de Rodez en 1962, contenant les sœurs partant fonder le Carmel de Burgos en 1582 : l'une d'elles est représentée un sablier à la main...

 

 

 

Chroniques du Carmel

Chroniques de l'année 2019

En ce début d’avent, nous sommes heureuses de vous retrouver pour partager avec vous un petit diaporama de ce que fut notre quotidien en 2019. Cette année qui sera encore une fois pour notre plus grande joie sous la protection de Notre Dame des Grâces, pourrait se prénommer l’année des visitations, tant elle fut riche en rencontres amicales et familiales, fraternelles mais aussi spirituelles et intellectuelles !

> Voir toutes les chroniques